votre corps en stress

Votre corps en stress: Pourquoi et comment y remédier?

Votre corps en stress

 

Il a fallu attendre le milieu du 20ème siècle que le physiologiste Hans Selye nomme notre réaction face à des défis de la vie avec un simple mot : le stress. Aujourd’hui, 50 ans plus tard, il y a une conversation que vous entendez si souvent, c'est presque un chœur : Vous demandez à un ami : «Comment ça-va? " et il répond : « Je suis bien, mais je me sens un peu stressé. »
Vous savez exactement ce qu'il veut dire, vous avez ressenti la même chose trop souvent. Pour vous, le stress apparaît sous forme d'insomnie.  tandis que votre amie a un mal de ventre très douloureux et des nœuds dans les épaules. Les symptômes de stress individuels peuvent différer, mais tous ont leurs racines dans les changements physiologiques que notre corps subit.

 

Pour comprendre ces changements, pourquoi ils se produisent, et ce que vous pouvez faire pour les réduire et les éviter, nous allons examiner une journée dans la vie d'une femme.



L'histoire de Nelly Castresser

Pour Nelly Castresser, les jours allaient de mal en pis. Elle se réveillait avec des allergies. Son travail était remplis de soucis. Sa voiture est tombée en panne aux heures de pointe.
Nelly a été chercher Lise à la garderie. Elle s’est ragaillardie, mais quand elles sont arrivées la maison, son cœur se serra. Son mari, Sébastien, n'était pas là. Il avait été obligé de travailler tard, et cela a apporté un sentiment d'insécurité et des soupçons à Nelly.
Lise coloriait dans le salon et elle préparait le repas quand elle a entendu des bruits étranges venant du garage. L’esprit de Nelly paniqua, elle et Sébastien n'ont jamais utilisé le garage. Ils ont toujours stationnés la voiture dans l'allée et maintenant quelqu’un était dans le garage et entrait par la porte.
Un nœud se forma dans son estomac, sa bouche était sèche, le sang battait dans ses tempes, et ses paumes étaient moites.
Elle se précipita dans le salon, se mit entre Lise et la cuisine, elle se tourna vers l'intrus. Tout semblait aller au ralenti quand un homme sorti de la cuisine.
C’était Sébastien, avec un grand sourire sur son visage. Son sourire est vite retombé. Nelly dégageait une férocité sauvage, qu’il n'avait jamais vu.
" Papa ! " dit Lise.
Sébastien retrouva son sourire. " Bonsoir ma puce ! Euh ... Bonsoir, Nelly.
Nelly essaya de parler, mais seulement un croassement est sorti. Curieusement, en dépit de ses pensées confuses, elle a remarqué que son nez était dégagé pour la première fois de toute la journée.
" Désolé, " Sébastien a présenté ses excuses. «Je suppose que je t’ai vraiment fait peur! Mais, j’ai de bonnes nouvelles. Vous savez, j'ai travaillé tard. Mais, je voulais vous faire une surprise. Allons au garage. Je t'ai acheté une nouvelle voiture ! "
Au dîner, Nelly n'avait pas d'appétit. À l'heure du coucher, elle se sentait encore surexcitée, alors elle a pris un bain chaud. Même après son bain, il lui a fallu beaucoup plus longtemps que d'habitude pour s'endormir.



Explication du cas de Nelly Castresser

Stress est un mot difficile à définir, mais la plupart des gens conviennent que Nelly est stressée.Aux yeux des scientifiques, tous les stress, grands ou petits, découlent de notre lutte pour survivre. C'est pourquoi la réaction de Nelly a atteint un point culminant quand elle tenta de défendre Lise.
Un élément clé à retenir à propos de stress est une menace qui n'a pas besoin d'être réelle,  il nous suffit de croire que c'est vrai.
Les scientifiques distinguent le stress à court terme (aiguë) et à long terme (chronique). Le stress à court terme évoque des réactions physiques et émotionnelles qui activent le corps et l'esprit pour faire face à une menace immédiate. Lorsque la menace est éloignée, les réactions disparaissent. Le stress à long terme évoque des réactions similaires, généralement d'une intensité plus faible, mais continue et répété, jour après jour sans relâche. Quand cela se répètent trop souvent, trop longtemps, les réponses au stress qui sont si utiles à court terme, peuvent effectivement menacer la vie à long terme.
La réaction au stress à court terme est souvent appelée la réaction de lutte ou de fuite. C'est ce que Nelly a connu quand Sébastien a ouvert la porte. Elle a aperçut le danger. Son cerveau et son corps se sont automatiquement préparés pour une action intense, que ce soit de combat ou de fuite. Pour ce faire, notre corps a besoin de vigilance maximale, l'action des muscles puissants, et la capacité de continuer, même s'il est blessé. Le cerveau active un ensemble complexe. Le processus physiologique a déjà commencé avec une intensité moindre, en réponse aux facteurs de stress mineur qu'elle avait enduré avant l’arrivée de Sébastien.
La réponse au stress de Nelly a commencé avec ses perceptions. Lorsque sa voiture est tombée en panne. La partie raisonnement de son cerveau (le cortex cérébral) a perçu un problème qui exige une action rapide, mais n'était pas une urgence de vie ou de mort. La situation menaçante n'a été que modérée, de sorte que la stimulation de l'hypothalamus n'était pas si forte.
Mais quand Nelly a entendu un intrus entrer dans sa cuisine, son cortex a crié " Danger! " L'hypothalamus postérieur a reçu le message. En un éclair, ce petit complexe de cellules du cerveau a mis en marche tous les systèmes physiologiques dont elle avait besoin pour obtenir de ses muscles et de son esprit une pleine puissance, et éteint tout ce qui pouvait gêner. L'hypothalamus postérieur  a dit à son hypophyse d'envoyer un messager chimique à son cortex, la couche externe de ses glandes surrénales, la stimulation de libérer le cortisol, l'hormone du stress dans le sang.L'hypothalamus postérieur a dit aux centres du sommeil de son cerveau d’arrêter et à ses centres d’éveil d’être au plus haut niveau. La respiration à augmenter pour apporter de l'oxygène à l'ensemble de ses muscles. Et, le plus important de tous, il manivelle tout son système nerveux sympathique à plein régime.



Tout s'emballe

Le système nerveux sympathique est un réseau de cellules nerveuses qui s'étend sur tout le corps. Il aide à soutenir nos activités normales, par exemple, il aide notre cœur à battre plus vite lorsque nous montons les escaliers. En cas d'urgence, il va mettre les bouchées doubles et Nelly a vu les résultats. Pour obtenir plus de sang dans son cœur, les muscles et le cerveau, le système nerveux sympathique élargi les artères dans ces endroits, les réduit dans d'autres. C'est pourquoi elle sentait un battement dans ses tempes. Dans son tube digestif, le système nerveux sympathique de Nelly a rétréci les artères et inhibé d'autres fonctions. C'est pourquoi elle sentait la bouche sèche et un nœud dans le ventre. Pour l'aider à obtenir plus d'oxygène, les nerfs sympathiques se sont ouverts. C'est pourquoi le nez s’est dégagé, et sa voix tremblait quand elle a vu Sébastien.
D'autres nerfs sympathiques font en sorte que Nelly pouvait voir tout se qui se passait autour d'elle. Ils ont dilaté ses pupilles et ouvert ses paupières si larges que Sébastien pouvait voir les blancs tout autour. Pour l'empêcher de surchauffer, d'autres nerfs sympathiques, les glandes sudoripares se sont activées.
Le système nerveux sympathique a déclenché la plupart de ces réponses en libérant un messager chimique appelé noradrénaline au niveau des terminaisons nerveuses sur les tissus cibles tels que les vaisseaux sanguins et les glandes sudoripares. Le système nerveux sympathique a également stimulé la médullosurrénale (le noyau des glandes surrénales) pour inonder le sang avec plus de noradrénaline en plus d'une seconde la substance chimique essentielle, appelée adrénaline. Ces produits chimiques non seulement intensifient la stimulation des organes directement visés par les nerfs sympathiques, ils ont aussi agi sur les parties du corps qui n'ont pas ces connexions nerveuses.
L'un des meilleurs moyens de maîtriser son stress est le yoga. Il neutralise directement les composantes physiologiques et psychologiques du stress, en même temps en vous aidant à mieux prendre soin de vous et de changer votre attitude. Les étirements que vous faites au yoga pour soulager les tensions musculaires. Les postures renversées et les postures allongées ralentissent le cœur, détendent les vaisseaux sanguins,  inhibent la production de noradrénaline, et calment le cerveau. Le Pranayama (respiration du yoga classique) ralentit la respiration. Vous gagnez un sentiment de maîtrise de soi, de la sérénité et la paix. Peut-être le plus important de tous, la méditation et les enseignements de la philosophie du yoga peuvent vous aider à réaliser que la plupart des choses qui vous bouleversent ne valent pas le coup de se stresser.

 

Emmanuelle Royer

Copyright Yogamag, toute copie de ces textes où de ces images est interdite.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.