Êtes-vous prêt à méditer?

Méditer: Comment y arriver?

La méditation a beaucoup d'avantages comme les doux moments de calme intérieur, la clarté et la profondeur de connexion, mais parfois, il peut être difficile de rester assis.

Méditer ne se produit pas par magie.  Il y a un chemin pour vous aider à vous y rendre: Par le biais de votre souffle, vous pouvez exploiter les flux de prana (énergie vitale) pour augmenter, diminuer, ou concentrer votre énergie.

Prana coule le long des canaux d'énergie dans le corps appelé nadis. Les trois principaux nadis sont les sushumna, le canal central le long de la colonne vertébrale à travers laquelle kundalini, votre énergie spirituelle, monte, et l'Accovam et Pingala, qui commencent de chaque côté de la spirale vers le haut et sushumna en double hélice autour de lui.

Prana se déplace avec le souffle et l'esprit (ce qui inclut vos pensées, des images mentales, et les émotions). Un changement dans l'un affecte l'autre. A travers le souffle, vous pouvez ouvrir, réglementer, et diriger le flux de prana, qui à leur tour, permettront de stabiliser le corps et l'esprit dans la méditation.

Parfois, vous avez besoin de vous réveiller, et parfois vous avez besoin de vous calmer. Souvent, vous avez besoin d'une combinaison d'éveil, de modération, et en concentrant les énergies. Mais, pour comprendre vos besoins, il est essentiel de passer du temps à découvrir l'état de votre énergie.

Selon votre humeur et le niveau d'énergie, les exercices suivants peuvent vous aider à passer de l'agitation à la détente, de la léthargie à la légèreté, de la fragmentation à l'intégration. L'accent misé dans chacune de ces pratiques est lente. Chaque série sera répétée plusieurs fois.

Comment vous sentez-vous?

Commencez sur le dos avec les jambes étendues. Prenez conscience de votre corps. Observez comment votre corps réagit. Est-ce qu'il commence à se libérer et à se détendre, ou y a t-il la résistance? Fermez les yeux et sentez le contact de votre dos sur le sol. Y-a-t-il des endroits qui sont éloignés du sol et des zones qui sont plus en contact?

Ensuite, mentalement scannez votre corps. Commencez par les orteils et passez à vos jambes, bassin, colonne vertébrale, le bas et le haut du dos et les épaules, puis votre bras et les mains, passez à votre cou et la tête. Existe-t-il des zones d'inconfort, des lieux qui se sentent raides ou plus spacieux, ou des parties qui se sentent chaudes,  froides? Certaines zones de tension sont tellement habituelle que vous ne les remarquez pas . Pendant ce temps, essayez de voir si un commentaire se passe dans votre tête. Essayez de ne pas juger ou d'analyser ce que vous pensez. Maintenant, amener vos pensées sur la colonne centrale. Imaginez une rivière de la base de votre colonne vertébrale à la base de votre crâne. Est-ce que le débit du cours d'eau est libre? Existe-t-il des domaines où il est bloqué, réduit, ou en stagnation?

Maintenant, respirez consciemment. Est-elle courte et saccadée ou entre les deux? Avez-vous tendance à retenir votre respiration?

Vous pouvez maintenant vérifier les flux de pensées. Avez-vous une perpétuelle liste de choses à faire? Êtes-vous obnubilé par certaines conversation ou la planification de l'avenir? Essayez de ne pas juger, tout simplement observer. Comment certaines pensées viennent?

Ensuite, placez une main sur votre cœur. Prenez un moment pour le sentir battre, votre poitrine monte et baisse avec votre souffle. Laissez votre conscience s'installer dans son rythme, puis déposer votre attention. Existe-t-il de la tristesse, de la joie, ou de l'anxiété? Prenez note de la relation entre votre état émotionnel et votre respiration, de vos sentiments et votre corps physique.

Rappelez-vous, vos observations peuvent changer de jour en jour, en fonction de l'heure, votre calendrier, et de toutes les autres variables qui influent sur votre énergie et votre humeur. Si vous avez constaté que votre respiration est laborieuse, votre esprit terne, et le coeur lourd, essayez de pratiquer plus de Yoga.

 

Emmanuelle Royer

Copyright Yogamag, toute copie de ces textes où de ces images est interdite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *